Non classé

Le cercle vicieux de la sédentarité, un risque pour la santé!

8 juin 2017

par NeuroMotrix

Les activités sédentaires

Lorsque votre médecin vous demande « Faites-vous de l’exercice? », vous ressentez peut-être une certaine culpabilité, vous vous dites que vous devriez en faire un peu plus, mais vous répondez avec confiance que vous allez marcher une fois de temps en temps ou que vous faites quelques aller-retour dans la piscine… Et si on inversait la question et on vous demandait « Combien de temps avez-vous passé en position assise la semaine dernière? ». Prenez quelques minutes pour y penser, la réponse vous surprendra sûrement!

S’il ne fait aucun doute pour la plupart des gens que l’activité physique est bénéfique pour la santé, peu d’entre nous mesurent les effets néfastes du comportement contraire, soit l’inactivité ou la sédentarité. Être sédentaire ne signifie pas simplement ne pas faire d’activité physique, être sédentaire c’est aussi pratiquer des activités pour lesquelles la dépense énergétique est très faible, voire nulle. Regarder la télévision, faire de la lecture, naviguer sur Internet, faire de mots croisés et jouer au Scrabble ne sont que quelques exemples d’activités sédentaires qui meublent souvent une grande partie du quotidien.

Le cercle vicieux qui s’installe

Bien qu’elles puissent être cognitivement stimulantes ou même divertissantes, ces activités sédentaires, quand elles sont pratiquées à outrance, contribuent au déconditionnement. Petit à petit, et souvent de manière insidieuse, une personne sédentaire subit les conséquences de son inactivité, elle perd peu à peu ses capacités et se voit limitée dans l’accomplissement de certaines tâches qui étaient auparavant faciles à réaliser. Par exemple, marcher jusqu’à l’épicerie ou autour de son pâté de maisons devient plus difficile, la personne se sent fatiguée et essoufflée lorsqu’elle le fait et, conséquemment, le fait de moins en moins. Cela entraîne une perte de force musculaire dans ses jambes et une baisse de ses capacités cardiovasculaires. Avec le temps, marcher devient de plus en plus ardu. C’est alors que s’installe un cercle vicieux. Plus une personne est sédentaire, plus elle perd de ses capacités physiques. Avec le déclin de ses capacités, elle devient de plus en plus sédentaire, et ainsi de suite. L’entrée dans ce cercle vicieux pose un risque important pour la santé! Non seulement le déconditionnement qui y est associé augmente les probabilités de maladie (hypertension, diabète, accident vasculaire cérébral, cancer et ostéoporose, pour ne nommer que celles-là), il accélère la perte d’autonomie.

Le risque est accru chez les personnes qui ont des problèmes de santé. En effet, la maladie affaiblit les systèmes qui soutiennent les capacités physiques et mentales. Pensez à la maladie de Parkinson qui vient avec son lot de symptômes qui traduisent une altération de plusieurs systèmes : les troubles d’équilibre, la rigidité, les problèmes gastro-intestinaux, la dépression, la lenteur des mouvements, les troubles du sommeil, etc.  La sédentarité vient accentuer ces altérations. Mais heureusement, il existe une façon simple de freiner cet affaiblissement et même de renforcer les systèmes, c’est de bouger! Ainsi, la maladie de Parkinson ne devrait pas être un prétexte pour moins bouger, au contraire, elle apporte des raisons supplémentaires de s’activer!

Les conseils du kinésiologue

Alors s’il est difficile d’augmenter votre niveau d’activité physique, commencez par réduire le temps passé en activité sédentaire. Tout le monde peut le faire, quelle que soit sa condition de départ, il faut simplement créer les occasions. Lorsque vous regardez la télévision, levez-vous à chaque pause publicitaire. Si vous utilisez votre voiture pour aller quelque part, stationnez quelques mètres plus loin. Si vous prenez l’autobus, descendez un arrêt en avance. Lorsque l’on vous offre de vous apporter un verre d’eau, refusez poliment et allez le chercher vous-même. Profitez aussi de vos tâches ménagères, faites-en le plus possible! Passer l’aspirateur, faire la vaisselle, plier les vêtements et sortir les poubelles sont toutes des activités qui augmentent votre dépense énergétique. Chaque mouvement compte!

La prochaine étape sera d’intégrer l’activité physique à son quotidien…

La progression est la clé du succès, allez-y à votre rythme en augmentant la dose petit à petit!

Visitez notre >> Centre info Parkinson

Simple Share Buttons