Prise de position de Parkinson Québec sur le cannabis

Prise de position de Parkinson Québec sur le cannabis

Le cannabis, aussi connu sous le nom de marijuana, ainsi que les principes actifs de la famille des cannabinoïdes que cette plante contient, n’ont à date, pas fourni assez de preuves scientifiques sur leur efficacité dans le traitement de la maladie de Parkinson ni dans la gestion de ses symptômes.

Plus spécifiquement, les cannabinoïdes n’ont pas démontré d’efficacité sur :

  • La progression de la maladie,
  • La gestion des symptômes moteurs de la maladie (tremblements, rigidité et lenteur des mouvements),
  • La dyskinésie (mouvements anormaux involontaires) liée à la prise de L-Dopa,
  • La dystonie (contractions involontaires des muscles).

Par contre, il existe des preuves de l’efficacité des cannabinoïdes sur la gestion des douleurs neuropathiques (liées à des lésions du système nerveux) ou liées à des spasmes musculaires. Cependant, ces preuves n’ont pas été obtenues chez des personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson.

Finalement, des rapports anecdotiques de patients signalent une amélioration des symptômes d’insomnie, d’anxiété, de nausées, de diminution de l’appétit, du syndrome des jambes sans repos, de l’agitation et des rêves agités. Ces rapports individuels, bien qu’encourageants, ne peuvent être considérés comme des preuves convaincantes de l’efficacité de ces produits dans la population en général.

D’autre part, le cannabis et ses dérivés ont de nombreux effets secondaires documentés. De manière non exhaustive, on peut lister des troubles cognitifs et de la perception, de l’anxiété et de la dépression, des nausées, des fatigues intenses, des changements de comportements ou d’humeurs, des hallucinations, des vertiges. Les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson subissent également un syndrome amotivationnel (apathie, un manque de motivation, un retrait social, une réduction des intérêts et un désinvestissement) plus important que les autres utilisateurs chroniques de cannabis.

De plus, le cannabis et ses dérivés interfèrent avec les médicaments antiparkinsoniens et les autres médicaments psychotropes (anxiolytiques et antidépresseurs).

Ainsi, que ce soit pour usage thérapeutique ou récréatif, Parkinson Québec ne recommande pas l’utilisation du cannabis ou de ses dérivés.

Cependant, si vous considérez en consommer, nous vous recommandons d’en parler au préalable avec votre médecin traitant. Celui-ci sera en mesure de vous donner un avis éclairé et personnalisé à votre condition et état de santé.

Parkinson Québec soutient la recherche sur les cannabinoïdes afin que des preuves scientifiques permettent de soutenir, ou de réfuter, l’efficacité et l’innocuité de ces produits pour la maladie de Parkinson.

Visitez notre >> Centre info Parkinson

Simple Share Buttons