Skip to content

Optimiser l'efficacité des médicaments

Vos médicaments doivent vous permettre de maintenir vos activités domestiques, professionnelles, sociales et récréatives. Vous pouvez optimiser l’efficacité des médicaments contre le parkinson et en tirer ainsi le meilleur parti.

Vous êtes l’expert de la réponse à la médication antiparkinsonienne. Personne ne sait mieux que vous si vos médicaments vous apportent un bien-être. En adoptant quelques habitudes de vie, vous pouvez améliorer l’efficacité de votre médication contre le Parkinson et réduire ses effets secondaires. 

Vous devez également être capable de mieux communiquer avec votre neurologue les effets attendus de la médication ainsi que ses effets indésirables.

Certaines questions sont fréquemment posées dans la communauté Parkinson, notamment au sujet de la lévodopa. En révisant les points suivants, vous pouvez devenir un meilleur partenaire pour votre neurologue qui vous prescrira alors le traitement qui vous convient le mieux.

N’ajustez pas vos médicaments et vos doses seul. Contactez votre neurologue ou son infirmière pour obtenir des conseils personnalisés.

L’efficacité maximale du médicament lévodopa / carbidopa est atteinte 60 à 90 minutes après la prise. C’est à ce moment que vos symptômes doivent être réduits au maximum. 

La lévodopa est absorbée dans l’intestin, juste après l’estomac. L’estomac des personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson tend à devenir “paresseux” avec le temps. Il ne se vide pas complètement, surtout quand la quantité ingérée est aussi petite qu’un comprimé. Votre prise de médicament peut alors rester dans votre estomac et être inefficace.

Vous pouvez accroître la rapidité d’action de votre traitement en buvant au moins un demi verre d’eau. Ainsi, vous allez envoyer à grande eau votre pilule dans l’intestin où elle va être efficace.

Vous pouvez essayer de boire de l’eau gazeuse. Le gaz carbonique contenu dans cette boisson provoque une vidange rapide de l’estomac.

Ne prenez pas d’aliments protéinés ou de liqueurs, surtout les boissons diète, avec votre lévodopa.

La prise de lévodopa doit améliorer vos symptômes parkinsoniens, notamment vos tremblements. 

Certains mouvements involontaires apparaissant juste après les prises de lévodopa sont parfois confondus avec les tremblements caractéristiques de la maladie.

Ces mouvements involontaires sont des dyskinésies. Elles se caractérisent par des mouvements :

  • Désordonnés et chaotiques,
  • Ne possèdent pas de pattern régulier qui se répète,
  • Non stéréotypés,
  • Ressemblent à des mouvements rapides de danse,
  • Généralement peu à pas douloureux,
  • Ne provoquent pas de tension dans les muscles.

Les dyskinésies sont provoquées par un excès de lévodopa. Elles apparaissent généralement après plusieurs années de traitement et sont plus fréquentes chez les personnes diagnostiquées jeunes.

Votre neurologue peut adapter les doses que vous prenez à chaque prise pour que vous ne souffriez plus de cet effet secondaire. Les dyskinésies ne dépendent pas de votre dose totale journalière.

Cet ajustement de dose est un travail d’équilibre entre l’efficacité de la lévodopa sur vos symptômes et l’apparition de dyskinésies.

Généralement, une fois que votre neurologue a trouvé la dose optimale de lévodopa qui vous convient à chaque prise , cette dose reste constante pendant toute la durée de votre traitement. C’est la dose totale journalière qui va augmenter avec le temps. 

Si vous avez été traité uniquement avec de la lévodopa pendant plusieurs années, l’inefficacité de votre traitement peut être corrigée en augmentant chaque dose individuelle.

Espacez vos prises de lévodopa d’au moins 60 minutes avant et après les repas et les collations. Ne prenez pas de protéines (ex : produits laitiers, viandes, noix, soja) en même temps que vos médicaments.

Après quelques années de traitement, l’efficacité de la lévodopa tend à décroître. Ceci est particulièrement notable le matin, quand vous n’avez pas pris de médicament depuis longtemps (c-à-d. toute la nuit). Vos symptômes moteurs et non moteurs réapparraissent dans ces moments. 

Ce phénomène est appelé fluctuations motrices. Vous devez y être particulièrement vigilant et noter les heures auxquelles ces symptômes font surface ainsi que les heures de vos prises de lévodopa. Votre neurologue pourra alors ajuster votre traitement en ajoutant des prises de lévodopa dans la journée. 

Les prises d’antiparkinsoniens provoquent fréquemment des nausées dans les premiers mois de traitement, ou après des augmentations de dose.  

Afin de réduire ces nausées, vous pouvez prendre votre lévodopa avec une légère collation et au moins un demi verre d’eau. Cette collation ne doit pas contenir de protéines. Une compote de pommes ou des craquelins (sans noix) sont de parfaits compagnons pour votre prise de lévodopa.

Un changement de dosage de votre lévodopa peut provoquer des nausées, particulièrement si l’autre composant de votre prise, généralement le carbidopa, est moins dosé qu’avant.

Vous pouvez également essayer de prendre vos autres médicaments séparés de la lévodopa. L’alimentation n’affecte pas l’absorption de la majeure partie des autres antiparkinsoniens. Consultez votre pharmacien.

Si vous développez des nausées alors que vous n’en avez jamais eu auparavant, il est probable que celles-ci ne soient pas associées à la prise de lévodopa.

Les crampes d’estomac ne sont généralement pas associées à la prise de lévodopa.

Les problèmes de sommeil sont fréquents chez les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson. Vous pouvez adopter de meilleures habitudes de vie pour mieux dormir et votre médecin peut également vous aider en vous prescrivant des somnifères. 

Si votre sommeil est perturbé par votre rigidité et votre agitation dans le lit, votre neurologue peut vous prescrire une dose supplémentaire de lévodopa une heure avant le coucher. Il est également possible qu’il vous prescrive des prises supplémentaires.

Durant les premières années, votre capacité à stocker de la lévodopa est importante. Vos horaires de prise, s’ils sont relativement stables, peuvent tolérer certains manquements. 

Votre corps est votre meilleur allié pour vous indiquer ses besoins en dopamine. Une activité physique intense ou un stress important pourrait rapidement “brûler” tout votre stock et vous laisser OFF jusqu’à votre prochaine prise. Si vous vous trouvez régulièrement dans cette position, discutez avec votre neurologue de la possibilité de prendre des comprimés au besoin.

Avec la progression de la maladie de Parkinson, votre corps n’a plus que très peu de capacité de stockage de lévodopa. Vous êtes en permanence sur le stock que vous avez pris lors de votre dernière prise.

  • Avancer la prise de lévodopa pourrait provoquer un surdosage et des dyskinésies.
  • Retarder la prise pourrait vous plonger dans un état OFF, dans lequel tous vos symptômes vont apparaître.

À un stade avancé de la maladie de Parkinson, le dosage adéquat de la lévodopa est un équilibre précaire qui repose sur l’atteinte d’un maximum de contrôle pour un minimum d’effets secondaires. Cet équilibre que vous avez bâti pendant plusieurs mois peut rapidement être détruit par des manquements de dose. Rebâtir cette balance peut alors prendre du temps et requiert parfois une hospitalisation.

Les protéines contenues dans la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers et les légumineuses, etc. interfèrent avec la capacité de votre corps à absorber la lévodopa. Vous devez espacer vos prises de lévodopa d’au moins 60 minutes de vos repas. 

Évitez de prendre de l’aspartame, contenu dans les liqueurs “diète”, les édulcorants pour le café ainsi que dans les gommes à mâcher “sans sucre”, en même temps que votre lévodopa. L’aspartame pourrait ralentir l’absorption de votre médicament.

Le sucre contenu dans les aliments provoque une assimilation plus rapide de la lévodopa. Cependant, la prise régulière d’aliments riches en sucre n’est pas une bonne option pour la santé.

Les suppléments de fer peuvent réduire l’absorption de la lévodopa. Évitez de les prendre autrement que sous contrôle médical.

La prise d’un verre de vin par jour pendant les repas semble avoir un impact positif sur la maladie de Parkinson.

La lévodopa provoque parfois des assoupissements pendant l’après-midi. Les assoupissements sont le plus souvent liés à la mauvaise qualité du sommeil des personnes qui vivent avec la maladie de parkinson. 

Les “étoiles” et les étourdissements sont des symptômes de la maladie de Parkinson associés à une baisse de la pression artérielle lors des changements de position (assis à debout, couché à debout).  

Les médicaments qui réapprovisionnent votre stock de dopamine ont tendance à exacerber cet effet de baisse de pression. Leur effet ne doit durer que quelques heures. Discutez de cet effet avec votre médecin pour revoir la liste complète de vos médicaments et évaluer votre pression artérielle. Vous pourriez être à risque de chute.

Vos médicaments doivent être efficaces pour vous permettre de faire l’activité physique. 

L’activité physique régulière semble augmenter l’efficacité des médicaments contre le Parkinson. En optimisant vos prises de médicament et en pratiquant de l’exercice au moins 30 minutes par jour, vous entrez dans un cercle vertueux où vous prenez le contrôle sur la maladie.

Témoignages

Articles recommandés

Avec l’entrée en vigueur de la réforme du régime de santé et sécurité au travail, le mercredi 6 octobre 2021, le gouvernement du Québec reconnaît formellement le lien entre les pesticides et la maladie de Parkinson. […]
Marie-Josée Couture, une résidente de l’Estrie, est la première gagnante de la loterie caritative de Loto Québec, Loto o suivant. […]
Découvrez les 3 témoignages inspirants de proches aidant(e)s: Lucille Lavoie, Mario Lalancette et Ginette Emond. […]

Faites un don

Envie de tendre la main aux Québécois touchés par la maladie de Parkinson ?
Faites un don à notre organisme sans plus tarder.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.