Actualités, Infolettre, Parkinson

Troubles de communication et maladie de Parkinson

30 juillet 2020

Les difficultés de communication et plus particulièrement les troubles de la parole contribuent à l’isolement des personnes vivant avec la maladie de Parkinson. Des traitements adaptés offerts par des orthophonistes peuvent vous permettre de maintenir des interactions fructueuses avec votre conjoint, votre famille, vos amis, et vos collègues

Jusqu’à 90 % des personnes vivant avec la maladie de Parkinson vivent des changements au niveau de la voix, de la parole et du langage.

La micrographie, soit une écriture de plus en plus petite, peut également affecter négativement la communication.

Les changements observés dans la parole sont :

Bradykinésie : les mouvements articulatoires de la bouche, de la langue et des lèvres sont moins grands et moins rapides

Tremblements et petits mouvements répétitifs des lèvres et de la langue

Visage figé et rigide qui donne l’impression que la personne qui parle n’a pas d’émotions

Contrôle de la salive diminué

Débit rapide et accélération de la parole : la personne parle très vite et on peut avoir l’impression qu’elle bredouille et que des parties de mots manquent

Palilalie : ressemble au bégaiement à cause des répétitions fréquentes des syllabes d’un mot (ex. pa-pa-pa-parachute)

La dysarthrie hypokinétique, un trouble de la parole, peut se manifester de différentes façons, c’est-à-dire que les symptômes peuvent différer d’une personne à une autre. En plus des changements dans la parole, les symptômes les plus fréquents que l’on retrouve dans la dysarthrie hypokinétique sont les suivants :

 Changements dans la voix

Voix rauque et éraillée

Monotonie et monointensité : la voix est peu mélodieuse ou « plate » et est toujours produite avec la même force (intensité) qui donne aussi l’impression que la personne qui parle n’a pas d’émotions

Force de la voix réduite : la personne ne parle pas fort et il peut être difficile de l’entendre

Changements dans le langage

Délai dans l’initiation de la voix ou longues pauses qui donnent l’impression que la personne ne souhaite pas prendre son tour dans la conversation

Difficultés à suivre une conversation

Difficultés à se rappeler de mots

Difficultés à identifier et à comprendre les émotions

Difficultés à détecter l’humour ou le sarcasme[RR4] [VG5] 

 

Changements dans l’écriture

    Micrographie (Écriture de plus en plus petite)

    Écriture moins précise en raison des tremblements

Les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson ont parfois des difficultés à évaluer l’amplitude de leurs gestes. Cette problématique s’applique également à la parole, qui doit être considérée comme un mouvement.

Le timbre de votre voix, son niveau sonore ou le débit de votre parole, par exemple, peuvent vous apparaître normaux mais sont en fait insuffisants pour vous faire comprendre des autres.

Vos proches seront les premiers indicateurs du changement dans votre façon de vous exprimer. Vous serez amenés plus souvent à répéter, à parler plus fort, ou à diminuer votre débit de parole. Ces ajustements peuvent entraîner des épisodes de fatigue après une prise de parole.

La micrographie, elle, est facilement reconnaissable, surtout en comparant votre écriture actuelle avec celle d’il y a quelques années. Vous remarquerez peut-être que vous avez de la difficulté à écrire les premières lettres d’un texte et que votre écriture devient de plus en plus petite.
Peut-être que vous avez également tendance à ajouter des ponts aux « m » et aux « n », et avez des difficultés avec les lettres qui ont des boucles telles que le « l » et le « e ».

Vous devez pouvoir continuer à communiquer avec les gens que vous aimez et vos professionnels de la santé.

Vous pouvez consulter un orthophoniste qui évaluera votre communication et établira un plan pour vous aider à maintenir votre voix et votre parole. Ce professionnel vous aidera également à mettre en place des stratégies spécifiques à votre condition pour vous permettre de communiquer, même si vos fonctions se dégradent.

 Vous pouvez trouver les coordonnées des orthophonistes sur le site de l’ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec.

Voici également quelques stratégies et exercices que vous pouvez déjà mettre en place facilement et sans danger :

 Quand vous parlez :  

  • Imaginez que vous parlez dans une très grande salle et que vous devez projeter votre voix loin.
  • Imaginez que vous parlez à une personne qui n’entend pas bien.
  • Faites des phrases plus courtes et n’oubliez pas de faire des pauses.
  • Évitez de serrer votre gorge en reprenant votre souffle avant de manquer d’air.
  • Essayez de penser à véhiculer vos émotions avec votre visage.
  • Placez-vous bien en face de votre interlocuteur pour qu’il voie vos lèvres bouger.
  • Discutez dans un endroit calme sans bruit de fond.
  • Veillez à votre posture!

 

Choisissez un moment précis dans la journée pour vous rappeler de :

Redresser vos épaules (si vous êtes assis, mettez vos mains sur vos cuisses et faites une légère pression).

Garder votre tête droite, SANS LEVER LE MENTON en portant votre regard droit et loin vers l’horizon.

Engager légèrement vos muscles abdominaux pour redresser votre dos (si vous êtes assis, simplement poussez légèrement vos pieds dans le sol).

Éviter de bloquer vos genoux si vous êtes debout, les garder légèrement fléchis.

Votre posture devrait être tonique, mais détendue! Évitez de crisper les épaules ou la gorge.

Ne vous empêchez surtout pas d’entretenir des conversations. Plus vous parlez, plus vous exercez votre voix !

Vous pouvez également exercer votre voix dans des groupes spécialisés ou en ligne.

Si vous souhaitez continuer à communiquer vos idées sur papier, vous pouvez déjà mettre en place quelques stratégies pour vous aider.

  • Utilisez un plus gros stylo ou crayon.
  • Écrivez sur du papier ligné pour que votre écriture soit droite.
  • Utilisez un matériel antidérapant pour empêcher le papier de glisser.
  • Prenez le temps dont vous avez besoin pour écrire.
  • Si vous devez signer un document, demandez à quelqu’un de le remplir et vous n’aurez qu’à signer.
  • Utilisez un appareil électronique comme une tablette ou un ordinateur. Ce dernier peut être muni d’une commande vocale. Aussi, il sera possible d’imprimer ce que vous aurez écrit.

Vous pouvez également consulter un ergothérapeute qui évaluera vos besoins et établira un plan personnalisé.

Vous pouvez trouver les coordonnées des ergothérapeutes sur le site de l’Ordre des ergothérapeutes du Québec 

Il n’existe pas de médicaments qui traitent précisément les troubles de la parole et les troubles de l’écriture. Cependant, la prise de vos médicaments antiparkinsoniens, qui agissent sur la rigidité et la lenteur de vos muscles, peuvent avoir un impact positif sur votre communication.

Vos difficultés de communication peuvent fluctuer en fonction des moments de votre prise de médication. N’hésitez pas à en parler avec votre neurologue qui pourra ajuster votre dosage au cours de la journée.

Vous pouvez faciliter la communication avec votre proche en adoptant plusieurs stratégies :

  •     Essayez de ne pas parler lorsqu’il y a beaucoup de bruit (ex. télévision ou radio).
  •     Placez-vous face à votre proche quand vous voulez lui parler.
  •     Soyez patient. Laissez-lui le temps de bien communiquer ce qu’il a à dire.
  •     Tentez de ne pas compléter ses phrases.
  •     Ne prétendez pas avoir compris ce qu’il a dit, si ce n’est pas le cas.
  •     Ne parlez pas à la place de votre proche, sauf si c’est absolument nécessaire.
  • Soyez rassurant et aidez-le à se relaxer s’il semble stressé.

Consultez un orthophoniste avec votre proche.

Les troubles de la parole et de l’écriture apparaissent graduellement. Le volume de la voix tend à diminuer dans les premiers stades de la maladie de Parkinson, puis le rythme de la parole devient plus rapide avec les stades avancés pour ressembler finalement à une sorte de bégaiement (palilalie). Les difficultés liées au langage apparaissent souvent avec la progression de la maladie.

La micrographie apparaît souvent avant le diagnostic de la maladie de Parkinson. Elle devient de plus en plus sévère avec la progression de la maladie. Dans les stades plus avancés, l’écriture peut devenir impossible.

Visitez notre >> Centre info Parkinson