La prosodie émotionelle

La prosodie émotionelle

Votre voix laisse-t-elle moins paraître vos émotions ? Avez-vous du mal à décoder les intentions des autres, les blagues ou les sous-entendus ?

Tout cela a une explication !

Lorsque nous discutons, nous transmettons une panoplie d’indices sur nos états d’esprit. Bien souvent, notre ton de voix trahit nos émotions. Ces changements subtils dans notre voix se glissent dans nos conversations au quotidien. Ainsi, au-delà des mots qu’on utilise, les gens qui nous entourent peuvent savoir si nous sommes tristes, contents ou fâchés, simplement en nous écoutant. « Enfin, tu es arrivé ! » L’avez-vous lu avec une intonation de joie ou de colère ? Les deux sont possibles, ça dépend de la façon dont on le dit.

 

Les difficultés de communication, comme une voix faible et une articulation imprécise, sont fréquentes dans la maladie de Parkinson. Des difficultés à comprendre et à exprimer les émotions par la mélodie de la parole peuvent aussi survenir. Par exemple, il peut être difficile de bien saisir les émotions des autres lorsqu’elles sont sous-entendues par l’intonation de la parole ou encore de transmettre les émotions par la mélodie de la parole. Les difficultés à décoder les émotions peuvent rendre la compréhension du langage problématique, particulièrement en ce qui a trait à l’interprétation des blagues, des remarques sarcastiques ou des sous-entendus. Sur le plan expressif, la parole peut devenir monotone, comme si la personne parlait toujours sur la même note. Cela réfère aux difficultés de compréhension ou d’expression de la prosodie émotionnelle.

Quelles solutions offre l’orthophonie ?

Des stratégies pour compenser les difficultés de prosodie peuvent être très utiles pour améliorer la communication émotionnelle. En voici deux exemples :

  • Choisir le bon environnement ! Cela permet d’être en face de la personne et de profiter des expressions faciales et corporelles pour transmettre et décoder les émotions du discours. De façon générale, choisir un endroit calme et silencieux est un atout pour les conversations. En plus, ça peut aider à mieux vous faire comprendre si votre voix est moins forte.

 

  • Être explicite ! Nommer les impressions que vous avez. Pour vous assurer que votre interlocuteur a bien saisi ce que vous ressentez, vous pouvez le dire explicitement. Par exemple, si vous êtes heureux de rencontrer une personne, vous pouvez lui dire que cela vous fait plaisir. Si vous vous sentez blessé par une remarque, vous pouvez le mentionner.

Pour ce qui est des thérapies de rééducation, peut-être avez-vous déjà entendu parler de la thérapie qui vise à PENSER FORT, PARLER FORT (aussi appelée LSVT®). Le but de cette thérapie orthophonique est d’améliorer le contrôle du volume de la voix. Elle peut aussi avoir des impacts positifs sur le contrôle de l’intonation de la parole !

Malheureusement, les origines des difficultés de prosodie émotionnelle dans la maladie de Parkinson ne sont pas encore bien comprises à ce jour. Il demeure donc difficile de traiter cet élément en orthophonie. Une équipe de chercheurs en orthophonie à l’université Laval élabore actuellement un projet de recherche visant à mieux comprendre ces difficultés. Ces connaissances pourraient permettre d’aider plus efficacement les personnes avec la maladie de Parkinson qui ont des difficultés de prosodie émotionnelle.

Visitez notre >> Centre info Parkinson