Actualités, Infolettre, Parkinson

Nouvelle organisation pour défendre les droits des personnes exposées aux pesticides

28 septembre 2020

Une nouvelle organisation Victimes des pesticides du Québec (VPQ) vient tout juste de voir le jour. Le but de cette nouvelle organisation est de pouvoir défendre au mieux les personnes malades dû à une exposition aux pesticides, mais également de sensibiliser la population du Québec aux risques de ces derniers sur la santé. 

Plus d’un an après les auditions parlementaires sur les pesticides de la Commission de l’agriculture (CAPERN) et devant les impacts sanitaires des pesticides encore trop souvent méconnus ou minimisés, VPQ propose de faire des pesticides un véritable enjeu de santé publique. 

Parkinson Québec suivra, bien évidemment, de près les actions de cette nouvelle organisation afin de l’appuyer au mieux à défendre cet enjeu sociétal majeur.

De nombreuses études scientifiques établissent un lien indiscutable entre l’exposition aux pesticides et le développement de maladies chroniques incurables telles que la maladie de Parkinson, les myélomes, les lymphomes non-hodgkiniens et les cancers de la prostate.

Cette nouvelle association regroupe des associations de patients et des individus ayant développé des maladies à la suite à leur exposition aux pesticides, notamment des agriculteurs tel que Serge Giard, agriculteur retraité atteint de la maladie de parkinson et président de VPQ qui témoigne de cette réalité aberrante :  « Les pesticides m’ont rendu malade, alors que l’on nous disait que les pesticides étaient sécuritaires. Le pire, c’est qu’encore aujourd’hui de nombreuses familles en milieu rural font face à des drames humains liés à des maladies graves sans qu’aucun lien soit fait avec les pesticides ».

 

Victimes des pesticides du Québec invite donc tous les patients et leurs proches qui ont été exposés aux pesticides à se faire entendre. « Il faut que nous autres agriculteurs, soyons assez forts pour témoigner des maladies qui sévissent dans nos rangs. Il faut enfin oser en parler entre nous autres, car malheureusement beaucoup ne sont plus là pour témoigner » lance Elizabeth McNamara, agricultrice à la retraite et membre de VPQ. 

Pour Romain Rigal, Directeur des programmes et services chez Parkinson Québec : “Force est de constater que les actions concrètes de la part des gouvernements provinciaux et fédéraux pour stopper les effets toxiques des pesticides ne suivent pas les nouvelles connaissances scientifiques indépendantes ». Ainsi, le gouvernement Legault et en particulier le ministère de la Santé ont une occasion unique d’agir pour protéger la population.

L’organisation Victimes des pesticides du Québec ne veut pas être prise en pitié, mais souhaitent vivement que le gouvernement réagisse et prenne toutes les actions nécessaires pour éviter aux jeunes Québécoises et Québécois le legs de toute maladie. 

Pour découvrir l’organisation : https://www.victimespesticidesquebec.org

Contact :
Pascal Priori, membre du conseil d’administration
info@victimespesticidesquebec.org

 

La maladie de Parkinson et les pesticides

En savoir plus : cliquez ici
Consultez également le mémoire afin d’en savoir plus sur les risques de développer des pathologies en raison d’une exposition aux pesticides.

Visitez notre >> Centre info Parkinson