fbpx Skip to content

Activité physique adaptée

L’activité physique adaptée est une approche thérapeutique complémentaire à la médication. Elle permet de mieux gérer les symptômes de la maladie de Parkinson et de ralentir sa progression.

Grâce à l’activité physique adaptée, vous pouvez prendre le contrôle sur votre maladie, limiter l’impact de certains symptômes et même ralentir le processus de dégénérescence des neurones. Ainsi, vous avez la chance d’être un acteur dans l’amélioration de votre qualité de vie et la prolongation de votre autonomie.

Les bienfaits de l’activité physique sont multiples. De nombreuses personnes vivant avec la maladie de Parkinson trouvent que l’activité physique adaptée est un moyen de reprendre le contrôle sur leurs symptômes et de lutter contre la maladie.

L’activité physique permet notamment d’agir sur les symptômes de la maladie de Parkinson, la santé physique et la santé psychologique.

  1. Bienfaits de l’activité physique adaptée sur les symptômes de la maladie de Parkinson

    • Favorise la détente musculaire et donc contrôle la rigidité;
    • Diminue la sensation de fatigue grâce à une meilleure condition physique pour exécuter les tâches quotidiennes;
    • Améliore l’équilibre, le patron de marche et la coordination;
    • Réduit le risque de chute;
    • Favorise un meilleur sommeil;
    • Améliore la santé gastro-intestinale et la constipation;
    • Aide à gérer l’anxiété et la dépression;
    • Améliore les fonctions cognitives.
  2. Bienfaits de l’activité physique adaptée sur la santé physique

    • Améliore ou maintient la santé musculaire (force, endurance, souplesse, amplitude);
    • Améliore ou maintient la santé cardio-respiratoire;
    • Contribue à la santé osseuse et réduit le risque d’ostéoporose;
    • Prévient plusieurs maladies chroniques, comme le cancer, le diabète de type 2 et les maladies du cœur;
    • Contribue au maintien d’une autonomie prolongée et d’une meilleure qualité de vie.
  3. Bienfaits de l’activité physique adaptée sur la santé psychologique

    • Favorise la bonne humeur;
    • Contribue à un sentiment de fierté et de confiance en soi et à une meilleure estime de soi;
    • Contribue à des échanges sociaux lorsque fait en groupe;
    • Diminue la perception de la douleur;
    • Réduit le niveau de stress en périodes de préoccupation;
    • Contribue à la prévention et à la gestion de la dépression et de l’anxiété;
    • Retarde l’apparition de la démence.

La pratique de l’activité physique adaptée doit idéalement être entreprise au début de la maladie de Parkinson. Les bienfaits de l’activité physique sont d’autant plus marqués que vous commencez tôt. 

Si vous débutez dans un stade plus avancé de la maladie, vous bénéficierez tout de même d’importantes améliorations de votre état de santé. 

Afin de bénéficier pleinement de votre pratique, augmentez graduellement l’intensité et le temps que vous consacrez à l’activité physique quotidiennement. 

L’aĝe et la maladie réduisent la résistance physique et l’énergie disponible. Les activités physiques deviennent plus douloureuses. Au fur et à mesure, les exercices deviennent de moins en moins engageants. Le temps vient aussi à manquer pour s’adonner à ces activités de moins en moins plaisantes. Ce manque de désir est donc très commun, particulièrement dans les sociétés très sédentaires comme la nôtre. Le manque d’activité physique peut accélérer le déclin physique et cognitif. 

L’activité physique adaptée est la seule option thérapeutique aujourd’hui disponible pour tous et à faible coût qui permet d’améliorer les années avec la maladie de Parkinson, de prévenir l’apparition des symptômes les plus graves et de ralentir la progression de la dégénérescence. 

Quels que soient votre âge et vos limitations, vous pouvez toujours prendre part à des activités physiques adaptées. Par exemple, ceux avec des problèmes d’articulations pourront opter pour les activités aquatiques et ceux qui souffrent de problèmes d’équilibre pourront toujours tirer profit des machines stationnaires disponibles dans les gyms.

Modifier son mode de vie n’est pas facile. Commencez par faire des choix actifs dans vos activités quotidiennes. 

  • Prenez les escaliers, plutôt que l’ascenseur;
  • Débarquez de l’autobus un arrêt plus tôt;
  • Stationnez-vous plus loin des commerces pour vous contraindre à marcher davantage;
  • Prenez davantage de marches de santé;
  • Multipliez vos occasions de marcher et de faire des efforts physiques autour de projets dans la maison;
  • Lorsque vous êtes dans une file d’attente, transférez votre poids d’une jambe à l’autre;
  • Faites le ménage vous-même, à votre rythme;
  • Jardinez et entretenez votre cours régulièrement;
  • Jouez avec vos petits-enfants;
    À votre réveil, faites des exercices d’étirement dans votre lit;
  • Laissez la télécommande de la télévision à un endroit qui vous forcera à vous lever pour changer de chaîne.

Une fois que vous aurez adopté ces changements, vous pourrez changer votre conception de l’activité physique. Ce n’est pas une affaire de jeunes athlètes dans des clubs de gym. 

Toutes les activités qui vous permettent d’augmenter votre rythme cardiaque, de vous faire suer et plus généralement, de vous fatiguer, sont bénéfiques. Ces activités aérobiques sont au cœur de votre traitement.

Vous pouvez également trouver des activités qui accroissent votre mobilité et vous aident à améliorer votre équilibre et votre démarche.

Dans un premier temps, vous devez trouver l’activité que vous aimez, dont la pratique est sécuritaire et qui vous pousse dans vos limites. Trouvez également des partenaires (amis, famille) car ils vont vous aider à persister dans l’activité, tout en contribuant à votre réseau social.

Vous pouvez également faire de l’activité sans sortir de votre maison en suivant des exercices en ligne développés par des professionnels de la santé. 

Vous pouvez aussi pratiquer des exercices à la maison à partir de notre guide d’activité physique.

Mettez-vous dans de bonnes dispositions pour faire de l’activité :

  • Enfilez des vêtements confortables et des chaussures de sport;
  • Portez des souliers fermés, à talons plats;
  • Écoutez de la musique;
  • Respirez profondément durant les exercices;
  • Réalisez l’exercice sans qu’une douleur n’apparaisse;
  • Pratiquez les exercices lorsque la médication est la plus efficace;
  • Faites de l’exercice régulièrement et intégrez-le dans votre routine quotidienne;
  • Diversifiez les activités;
  • Ayez du plaisir avec du monde que vous aimez.

Toutes les activités physiques adaptées qui vous mettent au défi, que vous aimez et que vous êtes capable de faire trois par semaine, peuvent vous convenir.

L’activité physique commence à avoir un impact sur la sévérité des symptômes de la maladie de Parkinson lorsqu’elle est pratiquée 30 minutes, trois par semaine.

En dessous de ce seuil, l’activité physique ne semble pas apporter de bénéfices. Si vous étiez sédentaire et que vous commencez à vous exercer, optez pour une approche progressive quant à la difficulté de l’effort, en augmentant graduellement la fréquence, la durée, et l’intensité des exercices. Vous devriez, en choisissant correctement vos exercices, être capable de vous pratiquer au moins trois fois par semaine en peu de temps. 

Au delà de trois séances de 30 minutes par semaine, toute journée supplémentaire tend à réduire la sévérité des symptômes à long terme. 

La persévérance est une des clés de votre succès. Vous devez adopter cette fréquence de trois séances par semaine, toutes les semaines de l’année.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, il est possible que vous réduisiez l’intensité des exercices ou que vous optiez pour des activités physiques plus adaptées. Conservez cependant cette fréquence de trois séances par semaine.

Variez le type d’exercices que vous pratiquez et favorisez les exercices qui font bouger tout le corps. Alternez entre des exercices cardiovasculaires, de flexibilité et de renforcement musculaire. 

Plusieurs activités sportives ont montré des bénéfices substantiels sur les symptômes de la maladie de Parkinson : 

  • Marche à l’extérieur ou sur un tapis roulant;
  • Marche nordique;
  • Vélo ou bicyclette stationnaire, selon la météo;
  • Natation;
  • Aquaérobie;
  • Boxe;
  • Tennis;
  • Badminton;
  • Danse;
  • Yoga;
  • Taï Chi;
  • Console de jeu Wii Fit.

Lorsque vous pratiquez, intégrez des périodes de repos afin de ne pas dépasser vos limites personnelles et d’éviter la douleur.

Vous pouvez graduellement vous fixer des objectifs et noter votre évolution dans un calendrier ou un journal. Constater visuellement ses progrès est très motivant.

Tous les types d’activité physique ne sont pas sécuritaires pour tous. Choisissez une activité physique adaptée à vos besoins et à vos limites, et utilisez un équipement sécuritaire (chaussures stables, vêtements légers, etc.).

Si vos symptômes sont légers, concentrez-vous sur des exercices vigoureux à intensité élevée, qui vous font avoir chaud et transpirer. Essayez les séances en gymnase avec un entraîneur, la course, le vélo, le tennis et les cours de types ‘’boot camp’’.

Si vos symptômes progressent, optez pour des exercices qui vous demandent des efforts. Par exemple, prenez des marches rapides, faites de la marche nordique, pratiquez le yoga, le Taï Chi ou toute autre activité adaptée à la maladie de Parkinson (ex. cours de boxe ou d’aquaérobie pour le Parkinson).

Si vos symptômes sont plutôt sévères, faites des exercices qui se concentrent sur les mouvements nécessaires pour faire les activités quotidiennes. Essayez de faire des exercices tout en étant assis sur une chaise ou debout, en vous appuyant sur quelque chose de solide.

Le kinésiologue est le professionnel de la santé spécialiste de l’activité physique. Il utilise le mouvement à des fins de prévention, de traitement et de performance.  

Avant de commencer à faire de l’activité physique ou à s’engager dans un programme d’exercices, il peut évaluer votre condition physique et élaborer un programme personnalisé, sécuritaire et adapté à vos besoins.

Par la suite, il vous accompagnera dans la réalisation de votre programme et vous aidera à adopter un mode de vie actif. 

Si vous assistez à des séances d’entraînement avec des entraîneurs ou des instructeurs, parlez-leur de votre condition et validez qu’ils connaissent vos limites.

Vous pouvez pratiquer plusieurs activités physiques par vous-même sans accompagnement, directement à partir de chez vous. Téléchargez notre guide d’activité physique ou suivez des exercices en ligne développés par des professionnels de la santé. 

Les exercices en groupe participent à maintenir la motivation et permettent la plupart du temps d’obtenir un encadrement professionnel. Vous pouvez également vous joindre à des groupes d’exercices dédiés aux personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson. Informez-vous auprès de votre équipe de soins et de votre CLSC. 

Certains centres de conditionnement physique ou de réadaptation offrent également des activités physiques adaptées.

Vous pouvez certainement participer à la programmation sportive de votre ville à moindre coût ou suivre des cours dans des écoles ou centres spécialisés.

Témoignages

Articles recommandés

Les symptômes de la maladie de Parkinson apparaissent plus lentement chez certaines personnes, pourquoi? Rejoignez-nous lors de cette conférence avec le Dre Laurie K Mischley, Professeure adjointe en recherche clinique à l’Université Bastyr.  […]
Départ de Nicole Charpentier de Parkinson Québec – Daniel Lapointe prend la direction par intérim de l’organisme. […]
Un beau témoignage de Josée sur comment aller de l’avant lorsque l’on reçoit le diagnostic de la maladie de Parkinson. […]

Faites un don

Envie de tendre la main aux Québécois touchés par la maladie de Parkinson ?
Faites un don à notre organisme sans plus tarder.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.