Activité, Infolettre, Parkinson

Témoignage d’Hélène Tousignant

3 novembre 2020

Prendre soin de moi tout en prenant soin de l’autre.

Une capacité à rebondir malgré les épreuves

Un ami de longue date me faisait part dernièrement qu’il avait toujours été étonné de ma capacité de rebondir face aux difficultés. Voyons donc !… Il me dit cela alors que je viens de traverser une période assez difficile, merci!

Marc, mon bel amour, perd ses forces, on se promène d’un spécialiste à l’autre : physiothérapeute, nutritionniste, orthophoniste, neurologue, entraîneur, etc. Il est de plus en plus souffrant, a perdu son beau sourire qui m’a tant fait craquer, il fonctionne au ralenti et on doit s’ajuster constamment…

Rebondir oui, mais accepter de recevoir de l’aide

Et moi, de mon côté, j’étais en train de me brûler. Finalement, oui, c’est sans doute vrai que j’ai une aptitude à rebondir, mais j’ai dû accepter de l’aide moi aussi.
En effet, j’étais devenue très anxieuse : toujours préoccupée par son état, difficulté à dormir et à débrancher. J’ai senti le besoin d’en parler à mon médecin. Il m’a fait comprendre que « le voyage » avec Marc et la maladie de Parkinson durerait longtemps et que, pour tenir la route, je devais recharger mes batteries et surtout bien dormir!

J’ai dit « ok » et, un mois plus tard, je suis retombée sur mes pattes. J’ai pris le temps de me faire des « petits plaisirs » chaque jour, lire, me libérer la tête par des casse-têtes, tricoter, ajouter de la musique dans la maison, écrire, peindre, m’occuper de mes plantes et j’ai commencé à noter ces petits plaisirs quotidiens, question de constater mes progrès dans ma quête du « prendre soin de moi ».

Avancer et faire preuve de résilience

Nous avons, Marc et moi, le privilège de rencontrer une intervenante qui nous accorde une bonne écoute et nous fait réaliser la grandeur de notre amour, l’importance de rester dans le présent et de le savourer pleinement.
Je constate que notre amour est un bon tremplin pour reconstruire notre vie, non pas comme avant, mais avec les forces d’aujourd’hui.

J’ai su trouver des ressources pour aider Marc, mais, avec le temps, je me suis perdue de vue et j’ai senti de la révolte face à ce que notre vie était en train de devenir. J’ai donc décidé de continuer d’avancer en m’entourant de personnes respectueuses et positives, en faisant confiance à la vie et en ajoutant de l’humour à l’amour. Il y en a qui appellent ça de la résilience.

Hélène, proche aidante de son conjoint atteint de la maladie de Parkinson

Plus de témoignages inspirants : cliquez ici.

Visitez notre >> Centre info Parkinson