Skip to content

Lenteur des mouvements (Bradykinésie)

La lenteur des mouvements, aussi appelée bradykinésie, est l’un des symptômes les plus fréquents de la maladie de Parkinson. Elle affecte la dextérité et la coordination de l’ensemble des mouvements. 

La bradykinésie implique une lenteur dans l’exécution (plutôt que dans l’initiation) des mouvements ainsi qu’une réduction de l’amplitude des mouvements.

La bradykinésie constitue avec les tremblements et la rigidité, les principaux symptômes moteurs de la maladie de Parkinson. Elle peut affecter un seul côté du corps ou les deux.  

Dans le quotidien, la bradykinésie se manifeste, entre autres, par :

  • une réduction de la dextérité fine qui va entraîner des difficultés à boutonner ses vêtements, lacer ses souliers, faire sa toilette
  • de la lenteur dans la marche, la parole et affecter la forme de l’écriture
  • la diminution de la taille des pas, de la fréquence de clignement des yeux et de l’expression faciale

Les tâches et activités du quotidien prennent donc plus de temps à exécuter.

La bradykinésie peut être particulièrement frustrante car elle est souvent imprévisible. Un instant vous pouvez vous déplacer facilement et l’instant d’après, vous avez besoin d’aide. Avec l’évolution de la maladie de Parkinson, certaines tâches peuvent devenir impossible à réaliser.

La maladie de Parkinson est caractérisée par une diminution du niveau de la dopamine dans le cerveau. Celle-ci est un neurotransmetteur qui permet d’exécuter des mouvements. À mesure que la maladie progresse, le niveau de dopamine diminue et l’exécution des mouvements volontaires (ex : marcher) ou involontaires (ex : cliquer des yeux) devient de plus en plus lente.

Au début, il peut être difficile de discerner les premiers signes de bradykinésie. Avec le temps, vous réaliserez qu’il vous faut plus de temps pour effectuer des tâches habituelles et quotidiennes. Vous pourriez trouver difficile de faire des mouvements précis ou nécessitant une dextérité. 

Si vous jugez que la bradykinésie interfère trop avec vos activités quotidiennes, discutez-en avec votre neurologue. Il pourra ajuster vos médicaments et vous référer à un physiothérapeute ou un ergothérapeute. Ces experts vous aideront en vous prescrivant des exercices et en vous conseillant des techniques pour ajuster vos mouvements. 

Dans les stades les plus avancés de la maladie, la bradykinésie peut devenir très incommodante. Elle peut vous empêcher de réaliser certaines tâches. Discutez avec vos proches de l’aide qu’ils peuvent vous fournir. 

Les médicaments antiparkinsoniens, dont la lévodopa, aident généralement à réduire la lenteur des mouvements. Si vous trouvez que votre bradykinésie n’est pas bien contrôlée avec vos médicaments, discutez-en avec votre neurologue. Il pourra modifier votre dosage et les horaires de prise de vos médicaments. 

La lenteur des mouvements de votre proche n’est pas volontaire.

Dans les premiers stades de la maladie de Parkinson, votre proche nécessitera plus de temps pour exécuter certaines tâches. Il sera toutefois en mesure de les faire. Laissez-lui le temps nécessaire et ne tentez pas de faire ces tâches à sa place.

Dans les stades plus avancés de la maladie, votre proche pourrait devenir incapable d’exécuter certaines tâches. Plutôt que de faire ces tâches d’emblée pour lui, demandez-lui ce que vous pouvez faire pour l’aider. De cette façon, il sentira qu’il a encore du pouvoir sur ses actions. 

À mesure que la maladie progresse, la lenteur des mouvements affecte de plus en plus de mouvements et représente un frein aux activités quotidie 

La bradykinésie évolue dans les derniers stades de la maladie de Parkinson vers une impossibilité complète de faire certains mouvements (akinésie). La personne peut devenir dépendante pour l’exécution de certaines tâches qui lui sont alors impossibles à réaliser.

Articles recommandés

Découvrez le témoignage inspirant de Carl Montpetit, vivant avec la maladie de Parkinson depuis 2014, et pédallié de Parkinson Québec.  […]
Un snack simple et sain, grâce aux bleuets qui sont remplis d’antioxydants et de phytoflavinoïdes, également riches en potassium et en vitamine C, ce qui en fait le premier choix des médecins et des nutritionnistes. […]
Parkinson Québec est présentement à la recherche d’un(e) nouveau/nouvelle Responsable de la ligne d’information et de soutien afin de l’accompagner à accomplir sa mission. […]

Faites un don

Envie de tendre la main aux Québécois touchés par la maladie de Parkinson ?
Faites un don à notre organisme sans plus tarder.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.