Skip to content

Parkinson et rigidité

La rigidité associée à la maladie de Parkinson réfère aux raideurs dans les membres ou le torse. Il s’agit d’une tension excessive des muscles qui les empêche de s’étirer et de se détendre. C’est le plus fréquent des symptômes de la maladie. Elle peut affecter un côté du corps ou les deux.

La rigidité fait partie des symptômes moteurs de la maladie de Parkinson, tout comme la lenteur des mouvements et les tremblements. Elle n’affecte pas toutes les personnes vivant avec la maladie. 

Certaines personnes la ressentent d’un seul côté du corps tandis que d’autres la ressentent des deux côtés. Elle apparaît généralement dans les muscles des épaules, des bras et des jambes. Mais elle peut aussi être ressentie au niveau du cou, du tronc, des hanches et des chevilles.

La rigidité peut entraîner :

  • Des douleurs
  • Des crampes
  • Une perte d’expression faciale
  • Des difficultés de communication
  • Une incapacité à correctement tenir des ustensiles
  • Une difficulté à s’habiller et à boutonner ses vêtements
  • Une posture voûtée
  • Une réduction de l’amplitude des mouvements
  • Une difficulté à se lever du lit ou d’une chaise

La raideur est souvent confondue avec d’autres maladies ou symptômes associés au vieillissement, tels que l’arthrite, surtout dans les premiers stades de la maladie.

La réduction du niveau de dopamine causée par la maladie de Parkinson perturbe l’équilibre entre l’activité des muscles qui sont responsables des mouvements de flexion, et ceux responsables des mouvements d’extensions. 

Les muscles sont ainsi continuellement dans un état de contraction.

La pratique régulière d’activité physique permet de renforcer vos muscles et de leur donner plus de flexibilité et de mobilité. 

Un physiothérapeute peut vous suggérer des exercices spécifiquement adaptés à la gestion de votre rigidité.

Un orthophoniste peut vous aider à favoriser la flexibilité des muscles de votre visage et ainsi, éviter le masque figé et améliorer votre communication.

Évitez de rester immobile et assis pendant de longues périodes de temps.

La chaleur permet de relaxer les muscles. Des bains chauds ou l’application d’une bouillotte peuvent également vous aider à calmer les douleurs.

Les massages d’un massothérapeute expérimenté en Parkinson peuvent également favoriser la détente de vos muscles.

La prise de médicaments antiparkinsoniens améliore notablement la rigidité des muscles.

Le respect des horaires de prise des médicaments est un élément clé de la réussite du traitement. 

Il est difficile pour les proches d’agir face à la rigidité. Encouragez votre proche à rester actif et à faire des exercices d’étirement. 

Vous pouvez également l’aider à respecter l’horaire de la prise de ses médicaments et à noter les épisodes de rigidité par rapport aux moments de prise.

Vous pourriez également apprendre quelques techniques de massothérapie. Celles-ci permettent de relaxer les muscles et donc de réduire la tension ressentie par votre proche.

Bien que la progression de la maladie de Parkinson soit unique à chacun, la rigidité commence généralement dans un bras, se répand ensuite à la jambe située du même côté du corps, puis progresse au tronc et peut éventuellement atteindre l’autre côté du corps.

Articles recommandés

Découvrez le témoignage inspirant de Carl Montpetit, vivant avec la maladie de Parkinson depuis 2014, et pédallié de Parkinson Québec.  […]
Un snack simple et sain, grâce aux bleuets qui sont remplis d’antioxydants et de phytoflavinoïdes, également riches en potassium et en vitamine C, ce qui en fait le premier choix des médecins et des nutritionnistes. […]
Parkinson Québec est présentement à la recherche d’un(e) nouveau/nouvelle Responsable de la ligne d’information et de soutien afin de l’accompagner à accomplir sa mission. […]

Faites un don

Envie de tendre la main aux Québécois touchés par la maladie de Parkinson ?
Faites un don à notre organisme sans plus tarder.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.