Skip to content

Dystonie et crampes musculaires

Les raideurs et les douleurs musculaires sont fréquentes chez les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson. Elles peuvent être provoquées par des dystonies ou des crampes musculaires qu’il faut savoir différencier pour pouvoir les traiter efficacement.

La dystonie est un trouble du mouvement causé par des messages anormaux envoyés par le cerveau. Ces signaux causent un raidissement et une torsion involontaire des muscles. Ces spasmes musculaires ou ces mouvements de torsions amènent une partie du corps à se tordre de manière inhabituelle et douloureuse.

Les crampes musculaires résultent principalement d’un manque d’oxygéne, d’eau, ou d’élimination des déchets directement au niveau des muscles. L’origine est donc locale. Les muscles se raccourcissent et se contractent, ce qui provoque une douleur soudaine et aiguë. Les crampes musculaires sont douloureuses mais le plus souvent, elles ne se manifestent pas de manière visible.

La dystonie est généralement associée à un dysfonctionnement de la partie du cerveau qui contrôle le mouvement.

La dystonie est commune dans la population générale. Cependant, chez les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson, elle est le plus souvent associée à la quantité de lévodopa dans votre corps.

Le plus souvent, la dystonie survient lorsque l’effet d’une dose de lévodopa diminue, dans les moments qui précèdent la prise de la dose suivante. Ceci peut se produire, par exemple, lorsque vous vous réveillez le matin avec une torsion d’une partie du corps (ex: orteil, pied). Cette torsion douloureuse peut alors vous empêcher de sortir du lit avant que la dose du matin ne commence à agir. Cette dystonie est appelée dystonie OFF. Elle est liée au manque de lévodopa.

Plus rarement, la dystonie est associée à l’excès de stimulation de votre cerveau par la lévodopa. Cette dystonie est appelée dystonie ON. Elle est liée à l’excès de dopamine. Ce type de dystonie est apparenté aux dyskinésies, qui peut impliquer des mouvements corporels incontrôlables plus larges.
Les caractéristiques de la dystonie et de la dyskinésie peuvent vous sembler similaires. Vous devez être capable de les différencier car leurs traitements sont opposés.

La dystonie peut également être un symptôme particulier de la maladie de Parkinson, indépendant de la prise de lévodopa. La dystonie du pied peut apparaître comme le premier symptôme moteur, en particulier chez les jeunes.

La dystonie survient généralement du côté de votre corps le plus affecté par la maladie de Parkinson.

Jambes et pieds
Les spasmes dans les muscles des mollets peuvent entraîner un enroulement de vos orteils sous votre pied ou une élongation de votre gros orteil. Votre pied pourrait également se retourner vers votre cheville.

Tête et cou
La dystonie peut provoquer des postures inhabituelles de la tête, du cou et des épaules. Généralement, la tête tire d’un côté ou vers l’avant.

Mains
Des spasmes des mains peuvent survenir lorsque vous effectuez des mouvements fins, tels que l’écriture.

Paupières
La dystonie peut entraîner un clignement intempestif des yeux, associé à une irritation ou une sensation de brûlure de vos yeux qui peuvent devenir sensibles à la lumière.

Cordes vocales
La dystonie peut provoquer des spasmes dans vos cordes vocales. Cela peut affecter votre parole, y compris le volume et la qualité de votre voix.

Vous devez dans un premier temps déterminer la cause de vos douleurs musculaires et vous assurez qu’il ne s’agit pas de crampes.

Dans un second temps, vous devez déterminer à quel moment ces dystonies surviennent par rapport à vos temps de prise de lévodopa. Le meilleur moyen d’y parvenir est de tenir un journal pendant quelques jours. Ainsi, vous pourrez expliquer précisément ce phénomène à votre neurologue qui, avec vous, optimisera votre traitement.

Plusieurs personnes présentant des épisodes de dystonie réduisent l’intensité de leurs douleurs en :
Touchant doucement la partie du corps affectée avec leur doigt, ou avec d’autres objets de différentes textures;
Touchant une partie du corps proche de celle affectée par la contraction;
Faisant des exercices d’étirement de la partie du corps affectée par la contraction.

Les techniques de relaxation peuvent également contribuer à détendre le muscle atteint de dystonie.

La première avenue de traitement utilisée par votre neurologue sera possiblement une optimisation de votre traitement de lévodopa. Il pourra alors changer les horaires de vos prises, les doses, ou le type de médicament que vous prenez.

Si votre dystonie ne répond pas aux changements apportés à vos médicaments antiparkinsoniens, votre neurologue pourrait vous prescrire des médicaments qui agissent en tant que relaxant musculaire comme le clonazépam (RivotrilⓇ), le (LioresalⓇ) ou des médicaments anticholinergiques, tels que le trihexyphenidyl et la procyclidine.

La toxine botulique, communément appelée Botox, peut également s’avérer utile pour traiter la dystonie chez certaines personnes. Il s’agit d’injections dans le(s) muscle(s) affectés pour bloquer les signaux anormaux provenant du cerveau. Le Botox affaiblit aussi le(s) muscle(s) visé(s), ce qui permet de soulager la douleur. Pour un effet optimal et soutenu, les injections sont répétées régulièrement, généralement aux trois mois.

Les crampes peuvent résulter d’un manque ou d’un excès de mobilité. Certaines crampes peuvent être associées à des positions particulières, notamment la nuit, ou à des activités particulières. En évitant ces situations, vous pouvez réduire l’apparition de ces crampes.

Les crampes peuvent également être dues à un manque d’hydratation et de vitamine B. Buvez plus et consultez votre médecin pour évaluer si vous devez prendre des compléments vitaminiques.

Vous pouvez également essayer de :

  • Vous étirer plus longuement avant vos activités quotidiennes
  • Masser vos muscles
  • Être plus actif et essayer de bouger davantage pendant la journée.

L’exercice physique est également indiqué pour réduire les crampes. Vous pouvez adopter des activités adaptées à votre condition.

Témoignages

Articles recommandés

Avec l’entrée en vigueur de la réforme du régime de santé et sécurité au travail, le mercredi 6 octobre 2021, le gouvernement du Québec reconnaît formellement le lien entre les pesticides et la maladie de Parkinson. […]
Marie-Josée Couture, une résidente de l’Estrie, est la première gagnante de la loterie caritative de Loto Québec, Loto o suivant. […]
Découvrez les 3 témoignages inspirants de proches aidant(e)s: Lucille Lavoie, Mario Lalancette et Ginette Emond. […]

Faites un don

Envie de tendre la main aux Québécois touchés par la maladie de Parkinson ?
Faites un don à notre organisme sans plus tarder.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.